26 août 2016 – Manifestation à St-Amans-Soult

Communiqué et appel à mobilisation de Toutes Nos Énergies, vendredi 26 août, à St-Amans-Soult :

Il ne faut pas manquer de manifester partout notre désapprobation sur ce qui se passe dans notre vallée.

Cette fois à St Amans Soult, VIALLELE (maire de St Amans Soult, conseiller général .. et président du Parc National Régional du Haut-Languedoc), qui comme si de rien n’était,  nous organise ses festivités aoûtiennes habituelles...

les éoliennes sont le cadet de ses soucis….

le marché se déroule de 17 à 21h….jusqu’à 19h les anciens viennent faire leur marché ; le gros du monde est là vers 19h pour l’apéro et repas

JE VOUS PROPOSE DE VENIR NOMBREUX et NOMBREUSES

VENDREDI 26 AOÛT A  19 H

À L ESPACE GARE A ST AMANS SOULT

Apporter gilet jaune, banderoles, tracts, pour la déambulation au centre du marché.

La résistance n’est pas qu’ici…

affiche-Semaineduvent.jpg

26 juillet 2016 – Agression au fusil et menaces de mort

 » Dans la soirée du 26 juillet, vers 23h00, sur la piste forestière d’Albine, à 3 kilomètres environ du chantier éolien, Mr B. et Mr G., deux castansols entament, munis de pioches, leur besogne. Il s’agit de faire une saignée dans le but de ralentir les usagers empruntant ce chemin et de bomber un slogan anti-éolien à même le sol.

Ils grignotent la piste depuis 15 minutes mais s’interrompent brusquement. Un véhicule se dirige vers eux en dévalant la piste. Ils entendent alors la détonation d’une arme à feu. La réaction est immédiate. Les outils sont rangés dans le coffre de la voiture avec laquelle ils sont parvenus sur place. Contact ; demi-tour impossible ; la marche arrière est enclenchée. Le 4X4 qui les a rejoints, plein phare, les éblouit. Au premier virage, la voiture des deux agressés se retrouve immobilisée dans un fossé. Le conducteur du 4X4 s’arrête face à eux, descend de sa voiture et, les mettant en joue avec un fusil à canon long, leur ordonne de quitter leur véhicule après avoir asséné un coup de crosse sur leur capot. Les deux obtempèrent, naturellement. L’homme qui se révèle être le chef de chantier téléphone alors à la gendarmerie, puis à ses supérieurs. Une demi-heure durant, il continuera à pointer son arme à bout portant, menaçant les castansols de les « fumer » s’ils s’approchent de lui ou tentent de dégager leur voiture. Un flot d’accusations, de suspicions et d’injures se déverse de la bouche nerveuse du chef de chantier. Comme rien ne semble pouvoir lui faire entendre raison, atterrés, les deux montagnards décident, excédés par la menace de l’arme, de laisser leur voiture et de s’éloigner à pied de l’agresseur qui ne les contraindra pas avec son arme, mais les suit avec sa voiture au ralenti, toujours plein phare.

Le véhicule de la gendarmerie ne tarde pas à les rejoindre en remontant la piste. Mr B. et Mr G. font part tout de suite des événements aux deux agents. Ce faisant, le 4X4 passe, en marche lente, à côté de la gendarmerie, mais sans s’arrêter, poursuivant son chemin. Comprenant la situation, les gendarmes décident d’interpeller le conducteur. Un coup de gyrophare et un sifflement sonore décident le chef de chantier… à accélérer et prendre la fuite ! Les deux agents décident, eux, après une rapide concertation, de le poursuivre ; laissant les castansols en plan qui, le danger momentanément écarté, ne demandent pas leur reste et prennent la poudre d’escampette.

Epilogue : Le conducteur du 4X4 a-t-il été interpellé ? Les gendarmes ont fait un rapport, le procureur en est-il informé ? Mr B. et Mr G. ont porté plainte pour agression à l’arme à feu et menace de mort. Le procureur en est donc doublement avisé ! « 

18 août 2016 – Requête, signification d’ordonnance et visite d’huissier

Jeudi 18 août 2016, au petit matin, la ZAD du Roc de Peyremaux est visitée par un huissier accompagné d’une dizaine de gendarmes, pour procéder au constat de l’occupation. Cette visite sera probablement suivie, dans les jours qui viennent, d’une assignation au tribunal, à l’encontre des zadistes présents sur le site ce jour là, puis d’un avis d’expulsion.

Voici le détail de la requête et de la signification d’ordonnance, émise par les avocats de la société Valorem :

  • ORDONNANCE DU TGI en date du 28 juillet 2016

 

  • REQUÊTE DÉPOSÉE AU TGI en date du 28 juillet 2016

 

3 août 2016 – nouvelles intimidations et exercice militaire

 » En fin d’après-midi un quad équipé d’une caméra qui filme, et une petite voiture transportant un militaire gradé, passent sur la piste, contournant les chicanes mises en place par les zadistes. Ces chicanes ferment le passage aux gros engins mais ne bloquent pas les véhicules de taille « normale », elles obligent à ralentir et à discuter..

Peu après, des militaires arrivent en camions et 4X4, ils viennent faire des exercices là disent-ils, pas de discussion, ils mettent la pression, doigts d’honneur, « donnes ta caméra ! » etc, et ils passent en force en écrasant les chicanes !

Après leur passage, les zadistes refont cette fois des barricades, (qui seront complètées ensuite d’un camion garé en travers et de banderoles) et lorsque le soir les militaires reviennent dans l’autre sens, la piste est bien bloquée.

La discussion est engagée avec leur chef, à qui celles et ceux de la Zad expliquent que le convoi peut très bien passer de l’autre côté, par la piste d’Albine. Le gradé plaide qu’il a une vingtaine de jeunes qui ont déjà passé la nuit dehors, qu’il doit les ramener ; que d’ailleurs la petite106 n’est pas faite pour les pistes etc.

Face à la détermination des zadistes, le convoi finit par faire demi-tour et passe par la piste de Peyremaux, sauf la petite 106, inadaptée à la piste.

La piste vers Albine ayant été bloquée elle aussi, mais cette fois par un mur de terre monté à coups de pelleteuses par le chantier éolien, la petite voiture et son chauffeur passeront la nuit sur place, au pied du tas de terre ! Le lendemain matin, les pelleteuses du chantier ont démonté le mur de terre fermant la piste d’Albine pour le faire passer.

Ce chantier organisé comme une véritable forteresse, avec remparts et gardes, illustre à merveille combien il est bienvenu dans le pays !..

Durant cette même nuit, vers 23h, le PSIG de Carcassonne débarquait à la Zad, intimant l’ordre que les militaires doivent passer. Les zadistes leur expliquent à eux aussi qu’il y a plusieurs autres pistes pour redescendre, prêts à leur montrer sur une carte, mais les PSIG semblent ne pas connaître du tout le terrain, et n’avoir aucun matériel, même pas de carte IGN à leur disposition !

Au bout de 10 mn de tractations, le PSIG repart …

Ce que les zadistes apprendront plus tard, c’est qu’en montant vers la Zad, les PSIG avait arrêté vers 22h30 un jeune (qui rejoignait la Zad en mobylette,) qu’une autre équipe gardait donc plus bas, non sans crever soigneusement les pneus de sa mobylette, avant de l’emmener en garde à vue à Peyriac.-Minervois, et de le relâcher le lendemain matin.

 

 

30 juillet 2016 – Rencontre festive et ludique sur l’éco-lieu des Enfants de Mayrac (Citou)

SAMEDI 30 JUILLET
Rencontre ludique, festive, d’échange et d’information ce Samedi 30 juillet à Mayrac (Citou, 11160) :
– 15h 18h : jeu de rôle ( pour adultes )  » Don Quichotte  » sur le thème du projet éolien d’Albine
– 18h30 : apéro buffet participatif autour du tridôme
– 20h30 : CONCERT performance folle acoustik en langue des oiseaux par Lalla
– 22h : projection du documentaire ( 20min )  » Face au vent  »  résistance alter éolienne au roc de Peyremaux.
– et ce que vous voulez amener ou partager, ateliers, musique…. Possibilité de camper…
Association Enfants de Mayrac
Lieu dit Mayrac
11160 Citou

 

28 Juillet 2016 – Présence policière et perquisition sur la ZAD

L’après-midi du 28 juillet, vers 16 heures, un hélicoptère survolant la ZAD en rase-motte a précédé l’arrivée de huit véhicules de gendarmerie. Les gendarmes ont procédé sous commission rogatoire à la perquisition  du lieu de vie puis à la fouille des sacs des six zadistes présents ainsi qu’au relevé de leurs identités.

Les gendarmes n’ont pas précisé les raisons de cette intervention.

 

27 juillet 2016 – Les décrets tombent !

 » Suite aux luttes en cours contre l’invasion des éoliennes industrielles, en particulier la mise en place d’une Z.A.D sur le chantier d’Albine (81) , soutenue par la majorité des habitant.e.s des environs et par TNE (collectif de 30 associations du PNRHL), les 3 communes d’Albine, Sauveterre et Lespinassière, ont publié en hâte des arrêtés municipaux interdisant la circulation et/ou le stationnement des véhicules à moteur sur les pistes et chemins ruraux de leurs territoires !!!
Tout cela pour complaire aux bétonneurs et promoteurs, dont les énormes engins doivent pouvoir continuer  à dévaster tranquillement des hectares de montagne pour la mise place de leurs éoliennes, de surcroît sous la surveillance de la gendarmerie (véhicules terrestres + hélicoptères) .

Les motifs de l’arrêté de Sauveterre valent le détour : protection de la faune et la flore, protection des promeneurs et des habitants, etc…  »

Quant aux arrêtés pris par Lespinassière, ils l’ont été fait sous la pression des évènements, notamment la mise en garde à vue, vendredi 22 juillet, d’un zadiste pour bris de glace.

25 juillet 2016 – Témoignage de violences sur le chantier d’Albine

Témoignage de Maryse et Jean-François, concernant l’attitude agressive des ouvriers du chantier à l’encontre des promeneurs.

« Aujourd’hui, le 25 juillet, nous sommes allés randonner sur le site éolien d’ Albine et nous avons pu témoigner de la violence des chauffeurs qui circulent sur le chantier. Nous y avons rencontré
également la jeunesse, qui n’a peur de rien et ils ont failli être écrasés par le camion fou.
Nous sommes scandalisés et avons témoigné. Nous espérons que les gens en contact avec la presse pourrons faire circuler cela car le chauffeur ne peut plus dire n’importe quoi. « 

Maryse et Jean-François ont été auditionnés jeudi 28 juillet en fin de matinée jusqu’en début d’après-midi, à la gendarmerie de Saint-Amans Soult. Ils ont été accompagnés par quelques personnes présentes au rassemblement de Lacabarède.

Deposition